Comment le 12/45 décrédibilise la pétition contre la réforme du code du travail

1245 justin bieber

Comment les Médias  nous manipulent-ils et nous suggèrent-ils notre façon de penser  en décrédibilisant une action citoyenne.

 

Le 26 Février dernier, sur M6, dans son journal le 12/45 , Kareen Guiock  nous présente un reportage sur les pétitions suite à celle lancée sur internet contre la loi travail El Khomri  ayant recueillie plus de 620 000 signatures.

Après avoir expliqué que les pétitions réalisées sur internet n’avaient aucunes valeurs réelles et n’étaient en aucun cas prises en compte, elle continue en réalisant un parallèle avec les États-Unis, où les pétitions peuvent être créées et signées directement sur le site de la maison blanche. Et que ces dernières sont prises en compte à partir de 100 000 signatures contrairement à la France où le chiffre de 500 000 signatures est nécessaire, et sur format papier qui plus est, pour espérer un quelconque aboutissant (qui restera malgré tout minime).

On imagine bien que chaque pays à sa législation s’agissant des pétitions, alors pourquoi les États Unis ?

Elle continue :  » N’importe qui  » peut lancer une pétition, et « n’importe où » dans le monde.  » N’importe qui  » étant un terme largement péjoratif, peut être que « tout le monde », aurait été plus approprié venant d’une journaliste dont le but ultime est censé être l’objectivité de l’information. Passons. Elle rajoute ensuite que dans ce même pays, (les E.U) une pétition demandant l’expulsion de Justin Bieber a atteint les 275 000 signatures. Et elle finit par :

 » D’où notre question du jour, le gouvernement doit il tenir compte de la pétition contre la réforme du code du travail ? « 

Alors, pour simplifier tout ça, elle dit clairement et distinctement : N’importe quel abruti peut lancer une pétition, il y a même une pétition où 275 000 abrutis ont demandés l’expulsion de J.Bieber. Donc (par rapport à ça) est-ce raisonnable de donner un quelconque crédit à cette pétition contre la réforme du code du travail ?

Évidemment, après ce brillant argumentaire dissimulé, on est en droit de se poser la question…

Sauf que, les États-Unis comptant environ 320 millions d’habitants, les 275 000 intellectuels ayant demandés l’expulsion du jeune décérébré représentent seulement 1/1200, alors que les 600 000 français, eux, représentent quasiment 1% de la population. L’échelle n’ayant absolument rien à voir, cela ne peut en aucun cas servir d’exemple et encore moins d’argument.

La suggestion par enfumage démontre une nouvelle fois la subjectivité complice de nos chers médias, masquant très maladroitement une tentative de décrédibilisation de cet acte citoyen.

Par Maitre Alquen le 11/03/16

Laisser un commentaire

Devenirnotaire |
Anatolefrancecm1 |
ADGITO |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Moijepenseque
| Jenesuispasdpressive
| Onsort